vendredi 20 janvier 2017

La dictée du championnat du Finistère 2017

 

Plus de 300 candidats dans la MTL


Lien vers le blog du championnat du Finistère :
http://ortho29.blogspot.fr/?zx=8e4d24e2a233a9e5


Petit(s) plaisir(s) et grand(s) bonheur(s)
TOUS. Depuis quelques semaines, les ombelles blanc rosé des ronces en fleur augurent une cueillette généreuse. Promesse(s) de gelée(s), de coulis ou de confiture(s), les baies de la mûre (mure) à la somptueuse robe rubis sombre vous attendent, gonflées(ée) à souhait. N’ayez crainte de vous égratigner mains et poignets ! Cette saine balade dans les fourrés où gazouille le chardonneret élégant vaut bien force griffures !
Protégé(e/s/es) des UV (U.V.), bottes aux pieds et jambes et bras couverts de vêtements ad hoc, vous vous réjouissez déjà de voir monter le niveau du  pot à lait ansé de mémé. Toute la famille s'y prête volontiers. Parfois, en effet, il suffit pour les plus jeunes de se pencher à peine - et voici la petite paume chargée à ras bord(s). Les adultes, quant à eux, munis d'un croc [kro], s'ingénient à libérer de l’inextricable hallier les grappes plus hautes ou d'accès plus malaisé. Le toutou participe, lui aussi, à la joyeuse escapade et folâtre ; il lui arrive même de débusquer les garennes assoupis. Mais gare à la vipère sournoise, à la guêpe belliqueuse ou au taon (\tɑ̃\) menaçant à l'orée du marais !
 La première étape consiste à détacher chaque perle gorgée de soleil de son pédoncule ténu. Pas de grignotage en chemin, votre langue en témoignerait.  Mais cette activité de plein air n'est rien, les éraflures exceptées, face à une cuisson  à l'ancienne dans l'indétrônable bassine en cuivre. Fragrance(s) soutenue(s) dans la cuisine dès la première ébullition ! (CONFIRMÉS et CHAMPIONS) Le port de gants en latex vous gardera peut-être doigts et ongles  présentables lorsque vous presserez le jus dans l'étamine de coton retors qui retiendra les akènes (achaines/achènes). Sinon, un fard améthyste résistant vous teintera les phalanges  jusqu'au repli unguéal  (\ɔ̃.ɡɥe.al\) ! Fi de l'esthétique !
TOUS.  Pour personnaliser les confituriers, vous les coifferez d'un rond de tissu découpé aux ciseaux cranteurs et maintenu par l’élastique serré,  voire  le ravissant nœud en raphia ou en bolduc. Vous créerez vos propres étiquettes, puis vous conserverez ces noir(e)s délices de nos matins chagrins dans un placard gourmand.
CONFIRMÉS et CHAMPIONS.  Au petit(-)déjeuner et au goûter, leurs fabuleuses saveurs  aiguiseront [egize] vos papilles et  vous offrirez avec fierté, où que vous alliez, du velours au(x) palais. Pour les accros aux recettes maison, quel(s) nanan(s) issu(s) d'humbles buissons, ambroisie du pauvre, née, au dire des légendes mythologiques, du sang versé par les Titans dans leur lutte contre les dieux !  
Marie José Le Guillou, texte enrichi par Henri Le Guen et Charly Quéméneur

 

samedi 19 novembre 2016

La dictée de la semaine

La baie de Somme

Vous êtes féru(e)(s) d'histoire ou d'ornithologie ? Si d'aventure, vos pas vous mènent vers la Côte d'Opale, vous ne serez pas déçu(e)(s). La variété des paysages y a séduit de nombreux artistes et inspiré des écrivains.
Bien sûr, en arrivant sur le littoral, ce sont surtout les vestiges du mur de l'Atlantique que vous apercevrez d'abord ; des blockhaus souvent de guingois luttent encore pour une guerre   perdue d'avance contre les éléments. Et puis, à marée basse vous découvrirez la plage,      immense, où les phoques, impassibles, paressent (paraissent) et disparaissent au gré du flot. Pourtant,  cernée de part et d'autre d'à-pics, la baie de Somme est un espace de confusion entre terre et mer. Dans la partie inférieure de l'estran, la slikke, recouverte à chaque flux, est le garde-manger des limicoles et des rallidés avec quantité de macro(-)invertébrés ; le schorre –      encore appelé lais de la mer - n'est recouvert que lors des tempêtes ou des marées à fort  coefficient où poussent les végétaux halophiles, dits halophytes, telles l'obione et la  salicorne. Un cordon de dunes plantées d'oyats et maintenues par des pinèdes complète ce paysage.
Depuis toujours, la baie de Somme a été une halte privilégiée pour des milliers d'oiseaux globe-trotters (globe-trotteurs). Un parc a été créé pour mieux se familiariser avec les volatiles en toute(s)  saison(s) grâce à l'aménagement de nombreux parcours et de postes d'observation. Les   tadornes de Belon côtoient les foulques noires et les avocettes élégantes ; les phragmites s'égaillent imités des bihoreaux. De nombreux insectes tels que les belles-dames et des     batraciens peuplent les pannes dunaires. Aussi, ça pépie, ça (caquette) caquète  et ça (craquette) craquète à tout(-)va.  Non loin, dans les pâturages alentour des chevaux s'ébrouent - une nouvelle race rustique a été créée pour les activités touristiques. Ils n'en sont pas pour autant devenus des bêtes de somme !
Pour le retour, après un après-midi passé à tenter de différencier une poule d'eau d'un       canard pilet, les sot-l'y-laisse, un vol-au-vent ou quelque outarde bien en chair  vous         laisseront-ils de marbre dans le petit restaurant attenant au parc ? Mais là je vaticine et je m'égare.

                                                                     Rémi Le Bras, membre des Fêlés de l’orthographe