vendredi 20 janvier 2017

La dictée du championnat du Finistère 2017

 

Plus de 300 candidats dans la MTL


Lien vers le blog du championnat du Finistère :
http://ortho29.blogspot.fr/?zx=8e4d24e2a233a9e5


Petit(s) plaisir(s) et grand(s) bonheur(s)
TOUS. Depuis quelques semaines, les ombelles blanc rosé des ronces en fleur augurent une cueillette généreuse. Promesse(s) de gelée(s), de coulis ou de confiture(s), les baies de la mûre (mure) à la somptueuse robe rubis sombre vous attendent, gonflées(ée) à souhait. N’ayez crainte de vous égratigner mains et poignets ! Cette saine balade dans les fourrés où gazouille le chardonneret élégant vaut bien force griffures !
Protégé(e/s/es) des UV (U.V.), bottes aux pieds et jambes et bras couverts de vêtements ad hoc, vous vous réjouissez déjà de voir monter le niveau du  pot à lait ansé de mémé. Toute la famille s'y prête volontiers. Parfois, en effet, il suffit pour les plus jeunes de se pencher à peine - et voici la petite paume chargée à ras bord(s). Les adultes, quant à eux, munis d'un croc [kro], s'ingénient à libérer de l’inextricable hallier les grappes plus hautes ou d'accès plus malaisé. Le toutou participe, lui aussi, à la joyeuse escapade et folâtre ; il lui arrive même de débusquer les garennes assoupis. Mais gare à la vipère sournoise, à la guêpe belliqueuse ou au taon (\tɑ̃\) menaçant à l'orée du marais !
 La première étape consiste à détacher chaque perle gorgée de soleil de son pédoncule ténu. Pas de grignotage en chemin, votre langue en témoignerait.  Mais cette activité de plein air n'est rien, les éraflures exceptées, face à une cuisson  à l'ancienne dans l'indétrônable bassine en cuivre. Fragrance(s) soutenue(s) dans la cuisine dès la première ébullition ! (CONFIRMÉS et CHAMPIONS) Le port de gants en latex vous gardera peut-être doigts et ongles  présentables lorsque vous presserez le jus dans l'étamine de coton retors qui retiendra les akènes (achaines/achènes). Sinon, un fard améthyste résistant vous teintera les phalanges  jusqu'au repli unguéal  (\ɔ̃.ɡɥe.al\) ! Fi de l'esthétique !
TOUS.  Pour personnaliser les confituriers, vous les coifferez d'un rond de tissu découpé aux ciseaux cranteurs et maintenu par l’élastique serré,  voire  le ravissant nœud en raphia ou en bolduc. Vous créerez vos propres étiquettes, puis vous conserverez ces noir(e)s délices de nos matins chagrins dans un placard gourmand.
CONFIRMÉS et CHAMPIONS.  Au petit(-)déjeuner et au goûter, leurs fabuleuses saveurs  aiguiseront [egize] vos papilles et  vous offrirez avec fierté, où que vous alliez, du velours au(x) palais. Pour les accros aux recettes maison, quel(s) nanan(s) issu(s) d'humbles buissons, ambroisie du pauvre, née, au dire des légendes mythologiques, du sang versé par les Titans dans leur lutte contre les dieux !  
Marie José Le Guillou, texte enrichi par Henri Le Guen et Charly Quéméneur

 

samedi 19 novembre 2016

La dictée de la semaine


 
 
Un baptême de l’air                           Vendredi 12 mai 2017
 
Un petit avion rouge est accroché, tel un insecte, sur un rectangle gris, où est écrit : « Aérodrome ».  Cela, c’est sur le plan, mais dans la réalité, vert est le rectangle, blancs sont les avions, comme des mouettes d’une autre époque, et c’est tout près d’ici, en haut  de la colline : peut-être entendez-vous, en ce moment précis, le léger froufrou de l’un de ces oiseaux en train de se poser.
Mon oncle avait toujours rêvé de prendre l’air. Gamin, il était fasciné par les montgolfières, au point même d’en bricoler une : une corbeille à linge pour nacelle, un vaste sac poubelle, quatre paires de bretelles, héritées des feus grands-pères, pour suspentes, et un camping-gaz. L’affaire avait échoué, non sans quelques dommages collatéraux qui lui avaient valu une rouste mémorable.
Aujourd’hui il triomphe. Son copain, un as qu’on eût pu rencontrer sur l’Aéropostale, l’a embarqué, dûment sanglé, dans une de ces machines qui vibrent et qui tressautent sous vos pieds, dans l’attente anxiogène de l’instant où l’on décolle. Cap à l’est, virage sur l’aile. Il repasse sa vision sur L’Horme, celle qui emplit ses matinées de marcheur solitaire. Un regard vers l’azur, un flash sur la chapelle des pestiférés et sa cloche silencieuse : il eût fallu des yeux de lynx pour en distinguer les minuscules œils-de-bœuf.
Mais ce sont les innombrables fabriques qui l’envoûtent, et leurs teintes pastel, loin de l’ère fuligineuse où l’on y forgeait des clous, et où des hiérarques en phaéton, bouffarde aux lèvres, complimentaient  leurs ouvriers libérés du laminoir ou du four à puddler. Depuis que la métallurgie a perdu son puddlage, nulle fumée ne s’en exhale plus, hormis sur le tympan de l’église paroissiale.
L’oncle a vu soudain tournoyer l’horizon, et voilà que sa ville lui dessine un plafond à la Chagall. « Tout bien considéré », pense-t-il, la tête en bas, « c’eût été mieux, en ballon…»
                                                                                                   Michel COUROT